Next month:
décembre 2019

Pourquoi développer la vente en « direct to consumer » ?

SlipQuand on achète un produit Slip Français, la dimension stricte du produit est limitée. En tant que produit, un slip, c’est un slip. L’intérêt du Slip Français, c’est qu’il est français, tricolore, patriote avec un supplément de marque, un univers original, une image particulière.

Si le slip français est comparé avec 30 autres slips sur Amazon, ce sera juste un slip parmi 30 autres. Amazon écrase les univers de marque en focalisant l’attention sur la dimension produit. Tout dépend de la part respective entre la partie produits et la partie marque. Si la part de la marque est importante, il est essentiel de préserver une relation directe.

Sl


Quelle différence entre page de vente et espace de marque ?

Avec la fiche produit, on a l’image d’une simple page de catalogue sur fond blanc. Cela provient du fait que les sites de e-commerce ont un devoir de neutralité et d'objectivité, qui conduit à l'utilisation du fond blanc pour la photo principale. Mais cette contrainte n'est pas systématique.

Voyons l'exemple d’Easybreath de Subea.

Il faut distinguer :

  • la page de vente en e-commerce sur fond blanc où l’enjeu n’est pas de séduire mais de présenter le produit dans l’objectivité et la clarté : l’enjeu est l’information et la compréhension en réduisant le risque de se tromper.

Blanc

Subea

Sur le site de la marque Subea, on a une présentation très argumentée, colorée et illustrée d’Easybreath avec un ton empathique : l’ambiance de marque vise à persuader émotionnellement. On attend du contenu plaisant : gratifiant esthétiquement, intéressant culturellement.


Frichti, un modèle de charte photographique

Voici un extrait d'un décryptage sémiologique sur la marque Frichti réalisé avec Raphaël Lellouche à notre initiative. Voir d'autres extraits sur Frenchweb. N'hésitez pas à me contacter pour avoir l'analyse complète.

L'univers Frichti est très soigné sur un plan stylistique avec notamment un photographe attitré, qui garantit la cohérence de l'univers visuel. Voici quelques éléments décryptés en avril 2018.

Un style photographique rigoureux, code d’une qualité uniformeA

On voit que Frichti a un style photographique extrêmement calibré : avec un « art de la miette », une ambiance « comme chez soi », avec un environnement boisé, un peu rustique…

Cette uniformité du style et le fait de ne photographier que la cuisine Frichti est une preuve du niveau uniforme de la qualité des repas mais induit aussi une perte de diversité. Ce style photographique annonce une offre réduite par rapport aux applications de livraison qui dépendent des photos des restaurants livrés, de styles hétérogènes.

Lire la suite "Frichti, un modèle de charte photographique" »


Du brand content au product content : conférence avec IPG Mediabrands le 4/12

IpgPour en savoir plus sur le product content, je vous invite à la conférence co-présentée avec Thomas Jamet le 4 février prochain à la Chocolaterie, 79-83 rue Jean Baudin à Levallois Perret.

Cette conférence est réservée aux marques dans la limite des places disponibles. Elle s'appuie sur une étude réalisée pour IPG Mediabrands sur le product content et portera sur les bonnes pratiques, les clés de succès des fiches produit et des espaces de marque.

Merci à Thomas Jamet, qui a été le premier à adhérer à ce projet d'étude sur un sujet crucial aux côtés de Seb, Decathlon et Atlantic. Cette matinée sera l'occasion de tirer quelques leçons de cette étude de fond.

Pour vous inscrire, contactez Isabelle Le Chanony : isabelle.le-chanony@mediabrands.fr  ou au 01 47 15 36 61.

 


Quelle approche de la page d'atterrissage ?

Dans une tribune Frenchweb sur l'avenir de la publicité digitale, nous recommandons d'envisager la publicité comme un contenu intéressant, riche, mutimédia, que l’internaute aura envie de consulter et d’explorer. (…) Les marques ont intérêt à susciter la curiosité puis à rediriger le spectateur intéressé vers un site de la marque ou un espace dédié au sein du média. Pour donner envie, on peut donner à voir des extraits, des teasers, des résumés, des affiches, des bandes annonces, etc. (…) Internet est un média multimodal, qui intègre des fonctionnalités avancées (vidéo, audio, visuel, texte) et favorise l’interactivité. Certaines opérations de communication se présentent comme de véritables dossiers multimédia. Elles offrent différents niveaux de lecture avec une liberté d’exploration appréciée du public.

Nombreuses sont les marques qui communiquent en digital via des bannières, des posts sponsorisés ou des appels en bas de page. On trouve ce type de message en dispay, en native ads (Outbrain/Taboola) comme en retargeting. C'est ce qu'Outbrain appelle le content discovery ou le pull advertising : à l’inverse du « Push Advertising » (stratégie dans laquelle la marque pousse son message au plus grand nombre, c’est elle qui vient à l’utilisateur), le « Pull », lui, mise sur l’intérêt et l’attention du consommateur : c’est lui qui vient à l’annonceur car il a été sensible à son message. Il s'agit ici de susciter l'intérêt vers un contenu à caractère commercial.

App

Ces messages renvoient vers une page d'atterrissage (traduction de landing page), qui présente le produit. Ces pages de redirection sont cruciales pour le succès d'une campagne mais sont insuffisamment travaillées (inadaptées au mobile, pauvres, déconnectées du message d'appel). Pour autant, certaines industries développent des pages plutôt riches et bien illustrées, notamment les constructeurs automobile, les acteurs de la technologie ou encore les pure players.

Voyons quelles formes ces pages peuvent prendre :

- une approche de fiche produit détaillée avec des carrousels, des vidéos, des éléments à télécharger, un configurateur (très courant dans le secteur automobile):

Lire la suite "Quelle approche de la page d'atterrissage ?" »


Quel est le rôle des photos d'utilisateurs ?

Les consommateurs sont de plus incités à rédiger non seulement un avis mais à transmettre une photo ou une vidéo. Dans le formulaire Amazon ci-dessous, l’acheteur est vivement incité avec le message "les acheteurs trouvent les images et les vidéos plus utiles qu'un texte seul".

Amaz

La photo des utilisateurs est très appréciée dans les fiches produit. Elle devient indispensable pour certaines catégories de produit comme la mode où le consommateur veut voir le produit sur un mannequin mais aussi sur différentes personnes avec des physiques plus ordinaires. 

Voir l'exemple Shein avec le témoignage illustrée d'une consommatrice avec deux photos.

Shein

Le commentaire illustré permet d’avoir simultanément le produit utilisé et son évaluation. Le jugement est contemporain de l’utilisation du produit.


Feed, modèle de communication produit ?

L'observation de la communication digitale permet de repérer quelques marques qui excellent par leurs contenus éditoriaux sur les produits. 

Plusieurs éléments sont appréciables dans ce que fait la marque de substitut de repas Feed :

Le travail de direction artistique autour du pack et de la communication. Voici la capture vidéo d'une page produit diffusée via Facebook.

Le blog, réservoir de contenus explicatifs sur les produits.

Les conseils de la nutritionniste en vidéo et en podcast:

Les témoignages de sportifs de haut niveau, ambassadeurs Feed 

Le partenariat avec des chefs comme Thierry Marx

Feed


Le product content en adéquation avec le digital et le smartphone ?

La publicité, qui porte sur la marque comme une instance sacrée, nous a habitué à une posture passive de contemplation d’un mini-spectacle. Avec le product content, l’internaute est mis dans une posture active : il ausculte, compare, sélectionne, commande.

Le product content est en affinité avec le digital. Il bénéficie d’un espace illimité pour détailler l’offre. Tout le monde d'usages formé autour du produit devient pertinent. Le produit est inscrit dans un réseau de comportements, d'intérêts, d'objets.

A l’ère du smartphone, dont l’interface est commandée au toucher, le contenu a vocation à être manipulé. Une image produit 360° sur smartphone tourne directement avec les doigts. Le maniement tactile d’un objet est en affinité avec le smartphone. La taille réduite du smartphone favorise les visuels de produit en plein écran. L’usage limité du son milite pour des fiches produit qui répondent en images et en textes aux questions de l’utilisateur.

Dans cette capture vidéo du OneBlade diffusée sur Facebook, on constate la focalisation sur le produit, une démonstration d'utilisation, la sensation de manipuler le rasoir en inclinant le smartphone, le lien vers l'achat.

Blade2

Cette démonstration d'Hello Fresh sur Facebook réussit à montrer le produit et ses effets en une image composite continue (sans rupture de montage). Montrer simultanément un produit et ses effets en faisant cohabiter deux régimes d'images différents est particulièrement convaincant.

Hello


Qu'est-ce qu'un store Amazon ?

Amazon encourage les marques à créer gratuitement un espace dédié sur Amazon.

Amazon Advertising invite à :

  • Créer des pages pour vos produits et vos catégories à l'aide de fichiers préconçus ou utilisez des vignettes à glisser-déposer.
  • Ajoutez des vidéos, du texte, et des images pour raconter l'histoire de votre marque et présenter vos produits en action.

Le consommateur a deux moyens pour accéder au store d'une marque.

Sto

Les stores Amazon sont structurés de façon géométrique. Les mosaïques sont organisées par bandeaux horizontaux avec un ou quatre éléments par bandeau avec un principe de subdivision en 2 : ce format facilite le passage du PC au mobile (cf ci-dessous l'exemple de Ludi sur PC et smartphone.

Geo

Voici quelques exemples de Stores :

Lire la suite "Qu'est-ce qu'un store Amazon ?" »


Quelles tendances esthétiques ?

Le potentiel créatif du product content est beaucoup élevé que ce qu'on imagine. Voici quelques pépites choisies pour leurs qualités esthétiques :

Van

Thla

Bi

Nam


Le product content, quel enjeu pour les entreprises ?

C’est un enjeu central pour l’entreprise, du fait de la démocratisation du e-commerce et différents facteurs (technologiques, sociétaux, commerciaux etc.).

Le product content a un rôle clé en termes d’efficacité sur les ventes en e-commerce, avec le taux de la conversion des fiches produit, en direct to consumer mais aussi en magasin car les consommateurs consultent leur smartphone sur le lieu de vente pour en savoir plus.

Le product content représente des investissements importants en :

  • technologie (PIM, DAM),
  • production (milliers de photos, vidéos…) avec les déclinaisons internationales

Il nécessite la planification et la mise en cohérence des contenus avec des chartes et des processus de flux de données automatisés.

Il est décisif sur l’image de marque en fonction de la qualité du contenu, de son utilité, de la direction artistique et compte tenu de la visibilité croissante des pages produit via les moteurs de recherche produit. 

Il pose des questions de gouvernance car il relie toutes les composantes de la communication : pack, publicité, argumentaire, usages, conditions de production, RSE, communauté des utilisateurs, e-commerce…


Quelle redistribution des rôles dans le paysage médiatique ?

Une redistribution des rôles dans la communication produit et marque est à l’œuvre. Les pages produit prennent une place croissante et deviennent la pierre angulaire de la conversion.

Depuis une quinzaine d’années, nous assistons à une redéfinition du paysage médiatique liée à la marginalisation de la publicité au sens classique du terme et à la relativisation du média physique. Dans ce nouveau contexte, les cartes de la communication produit et marque sont redistribuées.

Auparavant, la publicité assumait l’essentiel de la communication, aussi bien marque que produit. Elle devait à la fois promouvoir la marque mais également proposer et rendre publics les produits en mettant en avant leurs fonctionnalités et leurs avantages. Toute la théorie classique du marketing était donc prise en charge par la publicité.

Aujourd’hui, les sites de marque et de vente de produits assurent la fonction d'information produit, plus que la publicité. Autrement dit, la fonction product content a migré d’un média à un autre. Il reste une partie produit dans la publicité mais le format de 30 secondes ne permet pas d’aller aussi loin qu’une fiche produit. La fiche produit devient un point de contact majeur, dont il faut suivre le taux de conversion. Des acteurs comme Decathlon ont pu constater que l’amélioration de leurs fiches produit augmentait les ventes de 40%.

Même des produits comme les vêtements (cf Uniqlo) ont besoin de mettre en avant des avantages techniques avec beaucoup de détails.Uniqlo


Comment les Asiatiques illustrent leurs fiches produit ?

Les Asiatiques et en particulier les Chinois se distinguent par le nombre de visuels sur leurs fiches produit :

  • 17 photos pour une paire de chaussure sur le site de Decathon Chine

Chau

Tata
Mais, quand on regarde de plus près, ce qui frappe c’est la diversité de mise en page et la force de ces images avec :

Lire la suite "Comment les Asiatiques illustrent leurs fiches produit ?" »


Pourquoi l’expression « Product Content » ?

Parce que l’expression fiche produit ou page produit ne permet pas de rendre compte de ces contenus. Le mot en français « contenu produit » est ambigu ; on ne sait pas si c’est du contenu qui a été produit ou qui porte sur un produit. Les Américains parlent volontiers de product content strategy.

L’expression PIM (Product Information Management) est très utilisée pour désigner les bases de données sur l’information produit. L’expression DAM (Digital Asset Management) souligne la réalité des assets éditoriaux que les marques sont amenées à produire.

Product

Au sein du groupe Seb, l’expression Product Content est utilisée depuis plusieurs années pour désigner les modes d’emploi et les fiches produit. Lors du dernier CXM Space du 4 novembre 2019, Adobe a distingué brand content, product content et user generated content au sein des assets et des contenus qui participent à l’expérience.

Adobe Experience

Les acteurs du logiciel sont nombreux à utiliser product content de SAP à Magento en passant par Shopify.

Certains acteurs parlent de retail content. Mais cette expression est restrictive et n'inclut pas les contenus qui participent à l'usage du produit.

Nous faisons le pari que cette expression s’imposera en France comme elle commence à s'imposer ailleurs.

Pc


La fiche produit, forme dépassée ou media du futur ?

L’expression fiche produit est trompeuse car elle renvoie à un format papier, à un espace limité et à des modalités d’expression rudimentaires. Avec le digital et le e-commerce, la page produit devient un espace digital multimédia riche et innovant. Voir par exemple la page Amazon Echo sur Amazon, très riche dans sa version PC ou la page du kayak gonflable de Decathlon qui inclut 6 vidéos.

C’est surtout un contenu clé pour convertir un consommateur. Cet espace regroupe des fonctions jouées initialement par la publicité, le packaging, le catalogue, le bouche à oreille et le lieu de vente.

Elle est plus informative et pragmatique que la publicité et plus détaillée que le packaging. C’est une version digitale et interactive de la plaquette ou du dossier de presse. Cf exemple Fresco.

Fresco

Le retour des utilisateurs est massif et de plus en plus souvent accompagné de photos voire de vidéos. Elle remplace le conseil du vendeur par des simulations, des témoignages d’experts, des vidéos explicatives.


Quelles tendances technologiques ?

Les objets technologiques ont besoin d'explications et de démonstrations. Il faut justifier les prix élevés en explicitant les fonctionnalités et en sublimant le produit par la qualité des visuels.

Voici quelques produits (trottinette, vélo électrique, oreiller, casque) qui réussissent à communiquer de façon pédagogique et esthétiques.

https://boostedboards.com/fr/vehicles/scooters/boosted-rev#heroContentModal

Boosted

https://www.vanmoof.com/fr_fr/electrified-s2-x2

Moof

http://www.kabu-kitamura.com/colon/

Oreiller

https://www.bang-olufsen.com/en/headphones

Bo


Le pré-roll, un espace de valorisation produit ?

Cet exemple de reportage Tv sur les Commis (d'une minute 32) a été diffusé sous forme de pré-roll.

C'est un sujet du JT de France 2 sur lequel a été apposé le logo de l'entreprise filmée, les Commis.

Commis

Le résultat est exceptionnel car on est captivé par l'histoire et on comprend parfaitement les avantages de la société.

On peut regretter que la plupart des messages en pré-roll soient une reprise du spot de publicité diffusé en télévision. 

Le reportage informatif constitue pourtant une forme de communication en grande affinité avec le principe du temps contraint. Puisqu'on vous oblige à subir un message en échange d'un contenu gratuit, autant s'adresser à votre curiosité.

Pas sûr qu'Anne-Sophie Lapix ait donné son aval mais on a un format idéal en avant-émission. Cet exemple déjà ancien est malheureusement une exception.


Pourquoi le product content est-il décisif pour l'acte d'achat ?

Parce qu’il accompagne le prospect dans sa délibération d’achat.

L’acte d’achat est le résultat d’un processus de délibération, qui consiste à peser les options, scruter l’objet, le comparer, regarder les avis, déterminer sa préférence et finalement prendre sa décision. Ce processus comporte différentes étapes de la compréhension de l’utilité du produit, à l’arbitrage jusqu’à la projection dans l’usage.

Deliberation

Le rôle clé de l’information produit est d’apporter une information de confiance pour aider à la délibération :

  • Une communication détaillée, explicative et objective qui apporte les informations utiles pour faire son choix
  • Une simulation fictive l’expérience de l’objet : on pré-expérimente les différentes dimensions (visuelles, tactiles…) pour décider.

L'histoire du product content : pub, packaging, mode d'emploi, PLV, publi-reportage

La communication produit existe de longue date et sous diverses formes.

Comm

L'article de CB Expert intitulé le Retail aime le contenu insiste sur le contenu sur le lieu de vente.

Dans l'exemple ci-dessous, on voit la richesse de contenu pour aider à sélectionner de la peinture.

A

Pour rivaliser avec les outils de comparaison, les linéaires deviennent des bancs d'essai.

B

Les magasins deviennent des showrooms expérientiels voire abritent des ateliers découverte comme la boutique Thermomix près de l'Opéra.

Thermo


Notre offre : études, formation, conseil

Le product content est la pierre angulaire de la conversion vers la vente. Pour en savoir plus, voir ce slidecast

LogPionnier du brand content, l’institut QualiQuanti accompagne marques, e-commerçants et distributeurs dans leur stratégie via des études, formations, conférences, audits et workshops. Avec :

  • Un étude en souscription incluant un volet personnalisé : budget de 5000 à 15 000 ‎€ HT selon l'importance du dispositif personnalisé (étude quali online et décryptage sémiologique) : Téléchargement QualiQuanti_EtudeProductContent_2019Teaser
  • Des solutions sur-mesure : test d'ergonomie, audit UX éditorial, veille créative internationale, analyse stylistique, élaboration de fiches optimisées, rencontres avec des acteurs du product content…

Lire la suite "Notre offre : études, formation, conseil" »


Pourquoi le contenu est-il indispensable aux produits ésotériques ?

Il existe deux types d’objet : les objets mécaniques et les objets ésotériques. Voici un décryptage réalisé avec l'aide du sémiologue Raphaël Lellouche.

La forme physique des objets mécaniques suggère leur fonction. En général, il suffit de regarder les objets pour comprendre à quoi ils servent. Si on voit un verre, on identifie rapidement qu’il s’agit d’un récipient qui accueillera un liquide, qu’il est fait pour poser ses lèvres sur un bord et pour boire. Chaque objet mécanique a donc une fonction et la signifie par sa forme.

En revanche, l’objet ésotérique n’est pas composé de différentes parties. Il est tout d’un bloc et n’indique nullement à quoi il sert.

Dans les années 1980, l’arrivée du premier ordinateur personnel, Lisa II, a enrichi l’ontologie des objets : c’était un objet nouveau, qui n’existait pas auparavant, et dont on ignorait totalement l’usage. A cette époque, quand on voyait un téléphone, on comprenait ce que c’était parce qu’il était constitué d’une poignée, d’un fil, de deux pôles – un pour l’oreille, l’autre pour la bouche. En somme, on comprenait ce qu’il était en le voyant. A l’inverse, l’ordinateur n’avait aucune forme. Un problème se posait donc. Fallait-il lui donner une certaine forme, une certaine couleur ? Certains aspects apparents, physiques, suggèrent-ils ou signifient-ils ses fonctions ? L’ordinateur n’est pas un objet mécanique : mis à part le clavier, on est face à un écran. C’est parfaitement informe et cela ne dit rien du tout sur sa fonction à première vue. Il s’agit donc d’un objet ésotérique. Il est nécessaire d’aller plus loin que ce que sa forme dit.

EsoÀ l’origine, c’était dans le film de Kubrick, « 2001 : l’odyssée de l’espace ». On a une espèce d’histoire de l’humanité : ça commence avec des singes, qui découvrent un gros bloc noir, sans forme. Ils ne savent pas que ce gros bloc est toute l’évolution. Cela ressemble aux dieux de la Kaaba de la Mecque. C’est une espèce de divinité païenne, un bloc noir, comme un mégalithe haut, une météorite. On voue un culte à cette chose bizarre qui ne dit rien, ne ressemble à rien, est complètement abstraite.

De nos jours, avec les avancées technologiques, nous avons de plus en plus d’objets ésotériques. Ceux-ci nécessitent un traitement particulier en termes de product content. Etant donné que leur forme ne renseigne pas leur fonction, il faut combler ce manque par un surplus d’informations pratiques et didactiques (modes d’emploi, séquences d’utilisation, vidéo pédagogique etc.).

Lire la suite "Pourquoi le contenu est-il indispensable aux produits ésotériques ?" »


Le processus de création au sein de la fiche produit

Dans leurs achats de certains objets comme l’artisanat d’art, les consommateurs veillent à plusieurs éléments très importants, dans le but de s’assurer que l’objet est bien tel qu’il prétend être.

L’origine et la source : c’est le critère essentiel de l’objet d'artisanat. L’acheteur veut pouvoir « remonter à la source », « savoir d’où vient l’objet », et s’assurer qu’il n’y a aucune zone d’ombre entre le moment où l’artisan a commencé à travailler la matière et l’état final de l’objet dans la boutique. Pour s’assurer de la source de l’objet, les acheteurs s’attachent à plusieurs signes : l’atelier lui-même, le contact direct avec l’artisan, l’information donnée par le vendeur, l’origine.

L’histoire de l’objet et sa traçabilité relève de la même exigence : dans l’idéal, les acheteurs souhaitent connaître toutes les étapes de fabrication et le parcours du produit en même temps que le parcours de l’artisan.

Les garanties « externes » à l’objet, que sont la notoriété de la boutique qui a « pignon sur rue », le sérieux de la démarche de vente, éventuellement la renommée de l’artisan.

La fiche produit peut nous faire entrer dans les coulisses de la fabrication des objets et nous faire rencontrer l'artisan ou le créateur.

https://chamba.dk/the-story-about-chamba/

Aa

expliciter la raison d’être du créateur https://uandibtq.com/pages/our-story

Lire la suite "Le processus de création au sein de la fiche produit " »


Product content Vs brand content, quelle différence?

TypoLe product content est une forme de brand content focalisée sur le produit et ses contextes d’usage. Dans la typologie de YouTube sur le brand content https://www.brandtube.fr/strategie-youtube-marques-hero-hub-hygiene, il correspond aux contenus Help (ou Hygiene), qui répondent aux questions que se posent les consommateurs.

Lorsqu’on parle de brand content, on a tendance à considérer essentiellement les contenus Hero car ce sont les plus spectaculaires et les contenus Hub, qui permettent de créer une relation autour d’un thème. Il est temps de mettre dans la lumière les contenus autour du produit, qui sont centrés sur le quotidien, l’essayage et l’expérimentation profane. La communication produit est un lieu pragmatique (grec pragmatikos, relatif aux actions), qui déclenche des usages. Le produit est sorti de sa boîte, décrypté sous toutes les coutures, associé à des conseils pour s’en servir.

Pourquoi privilégier l’expression « Product Content » ?

Parce que l’expression fiche produit ou page produit ne permet pas de rendre compte de ces contenus. Le mot en français « contenu produit » est ambigu ; on ne sait pas si c’est du contenu qui a été produit ou qui porte sur un produit. Les Américains parlent volontiers de product content strategy.

L’expression PIM (Product Information Management) est très utilisée pour désigner les bases de données sur l’information produit. L’expression DAM (Digital Asset Management) souligne la réalité des assets éditoriaux que les marques sont amenées à produire.

Capture d’écran 2019-11-16 à 06.49.54


Le product content, c'est quoi ?

Exemples product contentC’est un contenu qui aide à choisir et à utiliser le produit, de la fiche produit au mode d’emploi.

Voici quelques exemples de pages produit remarquables :

la page Amazon Echo sur Amazon :

https://www.amazon.fr/Amazon-génération-Enceinte-connectée-anthracite/dp/B079PNT5TK

le kayak gonflable de Decathlon :

https://www.decathlon.fr/p/kayak-gonflable-drop-stitch-haute-pression-strenfit-x500-1-place/_/R-p-148573

la trottinette électrique Boosted Rev :

https://www.boostedboards.com/fr/vehicles/electric-scooters/boosted-rev#buy-now

la page AppleWatch série 5 :

https://www.apple.com/fr/apple-watch-series-5/

Les pages produit constituent un nouveau registre de communication qu’il faut encore définir. Il s’agit d’une communication détaillée et explicative, sans être rédigée à des fins publicitaires.

Les pages produit doivent être les plus riches et objectives possible afin de faciliter le choix. Elles présentent les qualités intrinsèques de l’objet (prix, fonctionnalités, photos, contextes d’usage), mais aussi les options disponibles (différents coloris, accessoires, produits similaires) et les avis clients. Elles intègrent des informations pratiques liées à la vente : disponibilité du produit, garanties, modalités d’exécution (mode de paiement et de livraison). Enfin, elles doivent accompagner l’utilisation du produit et en particulier les premiers pas après l’achat.


Pourquoi se focaliser sur le product content aujourd’hui ?

Ca fait longtemps que, chez QualiQuanti, nous explorons les contenus autour des produits mais cette fois le sujet est devenu crucial.

Lors d’une série d’études pour Téléshopping entre 2002 et 2006, nous avons explicité la notion de culture produit et schématisé les différents axes éditoriaux possibles.

Culture produit

En 2006, lors d’une étude pour MPG sur le publi-rédactionnel, nous avions pu constater la force d’une communication pragmatique, orientée sur les usages.

Publi

En 2007, dans une étude pour le SPMI, nous avions relevé l'exemple du Virtual test Drive, un format de communication de Car & Driver dont le principe était de faire découvrir de nouveaux modèles de voiture.

Car

La même année, dans nos premiers travaux sur le brand content, nous avions relevé l'enthousiasme du public pour la fiche produit du spectacle du roi lion parue sur le site du Monde et toujours active.

En 2013, lors d’une étude avec la FEVAD sur le e-commerce BtoB, nous avions fait une partie de veille sur les meilleurs outils d’aide à l’achat.

En 2017, lors d’interventions sur le native advertising, nous avons insisté sur les enjeux de cette communication tournée vers les usages : https://www.frenchweb.fr/le-potentiel-du-native-advertising/291382

En 2018, j'ai beaucoup échangé avec Guillaume Dassonville qui a un excellent blog sur les fiches produit.

Chez QualiQuanti, nous avons souvent été amenés à tester des catalogues ou des fiches produit sur des sites de e-commerce mais ces contenus étaient souvent assez limités.

En 2019, le product content est devenu la pierre angulaire de la conversion. C’est une forme de communication de plus en plus mature en totale affinité avec le smartphone. Amazon est en train de devenir un média clé du digital avec 13% de part de marché search aux USA.

On assiste au développement d’agences dédiés à Amazon et les grands acteurs du conseil (Accenture, KMPG, Cap Gemini, Valtech) sont hyper présents sur les PIM, DAM et la gestion des contenus produit.