« Le brand content en presse : le cas Nissan / The face | Accueil | Lancement du Club Brand Content »

04 décembre 2009

Commentaires

Pascal Somarriba

En effet, nous aimons dire, "une bonne marque est un média qui s'ignore" tout simplement par manque d'opportunité ou de méthode d'exploration des éléments ou potentiels "éditoriaux" de son ADN. Cependant pour atteindre une vraie qualité éditoriale quels qu'en soient les supports, approches et thèmes elle doit adopter des principes fondamentalement différents de la démarche publicitaire et qui est en bien des points celle qui a construit les grandes marques média ; un thème d'expertise intéressant pour une cible déterminée, une ligne ou approche spécifique si possible différenciée et fraiche, le courage devant les réactions pas toujours positives face au fond ou à la forme des éléments exprimés. Bref le potentiel est là et la conversion est en grande partie à faire. Les entreprises ayant compris que du fait d'internet, la relation avec les consommateurs ne peux plus se contenter de messages contrôlés jusqu'à la désinformation (l'information partielle ou exclusivement axée sur des bénéfices réels ou imaginés) peuvent aisément comprendre que leur attractivité peut être accrue justement du fait d'une ouverture (création de textes plus ouverts) d'un vrai dialogisme avec les consommateurs. La légitimité éditoriale des marques, même sur des thèmes polémiques (mais pas forcément) n’est donc pas donnée ; elle existe en potentialité et ne sera convertie que sur la base d’une démarche plus ouverte de la part des marques. Nous pensons qu’il ya là une vraie opportunité de différenciation de grande valeur à développer

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

A propos de l'auteur, Daniel Bô

  • Ancien publicitaire et fondateur de l'institut QualiQuanti en 1990, j'explore le brand content depuis 2007 et je crée Brand Content Institute en 2016.

Rejoignez la communauté Brand Content sur :

LinkedIn   Twitter