« La culture et les marques | Accueil | Le self-binding et les marques : compléments sur la théorie clé de Raphaël Lellouche »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Aymeric d'Afflon

Intéressant.

Mais je ne vois pas l'utilité de la théorie du pre-commitment. Comme le dit le titre du paragraphe, il s'agit bien d'un contrat passé avec soi-même. Pour Ulysse, le contrat de base est de retrouver sa Pénélope...

En tous cas, une théorie qui semble conservatrice mais rend possible une attitude plus agile, sensible et pourquoi pas ludique et compétitrice de la part de la marque.

Ulysse est quand même le seul homme qui a vraiment pu profiter du chant des Sirènes !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

Daniel Bô

  • Chez QualiQuanti, nous pratiquons les études sémiologiques depuis 1990. L'objectif de ce blog est de publier quelques exemples ou extraits pour illustrer la richesse de cette approche.

Moteur de recherche


  • WWW
    https://testconso.typepad.com