« Référencement naturel et contenu enthousiasmant : les marques doivent créer leur laboratoire de recherche | Accueil | Les consumers magazines au UK avec Mediapost »

24 février 2011

Commentaires

Pascal Somarriba

L'article est intéressant en ce qu'il reprend les differentes fonctions et facettes du BC avec quelques exemples bien sentis et réalisés. Un point mérite d´être creusé JN Kapferer (dont je suis un grand admirateur de très longue date) "le Brand Content commence quand la Marque cesse de parler de ses produits" or deux lignes plus loin nous avons l'exemple de Picard qui parle bien et fort bien même de ses produits leur donnant une nouvelle aura, fonction etc.
Bref "Le Brand content ne commence pas forcément quand la Marque cesse de parler de ses produits", mais quand elle cesse de parler "publicitairement" de ses produits dans la forme et dans le fond.
Dans le cas du film "tiroir de Lily" des 3 Suisse permettant directement l'achat des produits "placés"dans ce même film on voit émerger un potentiel bien plus intéressant encore que dans la pub interactive. Ce nést donc pas la frontière entre produit et discours plus ou moins désintéressé qui qualifie le Brand Content mais peut être sa distance par rapport à la forme publicitaire et son mode de diffusion et de business modèle de distribution.
http://viaalternativa.wordpress.com/2011/03/05/le-tiroir-de-lilly-exemple-dinteret-commercial-direct-du-brand-content-entertainment/

Somarribapascal

"Le Brand content ne commence pas forcément quand la Marque cesse de parler de ses produits", réaction article du Nouvel économiste sur BC

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

A propos de l'auteur, Daniel Bô

  • Ancien publicitaire et fondateur de l'institut QualiQuanti en 1990, j'explore le brand content depuis 2007 et je crée Brand Content Institute en 2016.

Rejoignez la communauté Brand Content sur :

LinkedIn   Twitter